Études

Les ACVM réalisent des travaux de recherche sur les investisseurs pour mieux comprendre ce que signifient l’investissement, la fraude et les autorités en valeurs mobilières pour les Canadiens. Ces travaux nous aident à élaborer de nouveaux programmes et à améliorer les programmes existants pour répondre aux besoins des investisseurs canadiens.

Indice ACVM des investisseurs 2012

L’Indice des investisseurs 2012 est le troisième sondage à être réalisé par les ACVM sur les connaissances en placement, les comportements des investisseurs et la fréquence des fraudes en matière d’investissement. Les thèmes abordés par le sondage étaient similaires à ceux des sondages effectués en 2006 et 2009, notamment la fréquence des cas de fraude dénoncés par leurs victimes et la notoriété des autorités en valeurs mobilières. L’enquête de 2012 comprenait également de nouvelles questions portant notamment sur les attentes au sujet des rendements et le rôle des médias sociaux dans les décisions d’investissement.    

Au nombre des points saillants de l’enquête de 2012, on note que:
  1. les Canadiens se font toujours offrir des placements frauduleux, mais ne les dénoncent pas. Vingt-sept pour cent croient qu’on leur a offert un placement frauduleux au moins une fois dans leur vie, mais à peine 29 % d’entre eux l’ont dénoncé aux autorités. 
  2. les connaissances générales des Canadiens en investissement sont faibles, 40 % des répondants ayant échoué au test conçu pour les mesurer. 
  3. les médias sociaux sont en voie de devenir un outil de placement, bien que les sources traditionnelles, comme les conseillers financiers, soient toujours privilégiées.

Pour de plus amples renseignements :

Consultez le communiqué de 2012  (PDF)

 (PDF)


Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

En 2010, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont chargé Ipsos Reid de réaliser un sondage sur l’attitude et l’expérience des Canadiens concernant la préparation à la retraite et les décisions de placement.L’étude visait particulièrement à déterminer :

  • L’état de préparation financière à la retraite des Canadiens
  • Les placements réalisés pour l’avenir
  • Les sources de revenu de retraite
  • La réaction probable à une recommandation de placement
  • La conduite à l’égard de recherches préalables à un placement potentiel

Principales constatations

  1. Les Canadiens qui possèdent actuellement des placements sont deux fois plus susceptibles que ceux qui n’en possèdent pas de croire qu’ils auront suffisamment d’argent pour subvenir à leurs besoins à la retraite.
  2. Les répondants qui possèdent déjà des placements déclarent avoir fait des recherches sur leur dernière occasion de placement (soit eux-mêmes, soit par l’entremise de leur conseiller financier).
  3. La plupart des répondants, en présence d’une recommandation de placement offrant des rendements élevés provenant d’un ami ou d’un membre de leur famille, feraient davantage de recherches avant d’investir.

Pour en savoir plus :

Consultez le communiqué de 2010

Consultez le résumé de 2010 (PDF)

Consultez le Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements (PDF)


Indice ACVM des investisseurs 2009

L’étude de 2009 est le premier suivi complet de l’Indice ACVM des investisseurs réalisé en 2006. Elle a pour but de constater l’évolution des indicateurs principaux. L’étude porte plus particulièrement sur les éléments suivants :

  • Le comportement des Canadiens en matière de placement
  • Les connaissances et le niveau de confiance en matière de placement
  • Les connaissances des investisseurs au sujet de la fraude financière
  • L’expérience que les Canadiens ont de la fraude financière
  • Les variables associées à la vulnérabilité à la fraude
  • La connaissance qu’ont les Canadiens des autorités provinciales en valeurs mobilières

De plus, s’est ajoutée une nouvelle section portant sur l’importance de l’éducation en matière de finances personnelles et d’investissement pour les jeunes.

Une fois de plus, les Canadiens se disent confiants et s’estiment bien informés et responsables en matière d’investissement. Par contre, leur comportement témoigne parfois du contraire. Par exemple, même s’ils estiment savoir où trouver de l’information en matière d’investissement, la majorité des Canadiens ne la consultent pas. Il est également intéressant de constater qu’un peu moins de quatre Canadiens sur dix (38 %) estiment s’être fait proposer un placement frauduleux, une proportion qui a peu changé depuis 2006 et 2007.

Pour en savoir plus :

Consultez le communiqué de 2009

Consultez le résumé de l’Indice ACVM des investisseurs 2009

Consultez l'Indice ACVM des investisseurs - Anglais (PDF)


Étude 2007 des ACVM sur les investisseurs : Comprendre les conséquences sociales de la fraude financière

Le but premier de cette étude était de comprendre les conséquences de la fraude sur les investisseurs au-delà des pertes financières subies par les victimes. Les victimes de fraude, leurs proches et les membres de leur famille ont été invités à partager leur perception des consequences sociales de la fraude financière. Cette étude explore également les expériences vécues en matière de fraude ou de tentative de fraude.

Il ressort de cette étude que la principale conséquence de la fraude est la perte de confiance de la victime envers autrui ainsi qu’à l’égard des marchés financiers et des placements en général. Mais la fraude n’a pas que des répercussions financières sur la victime : elle nuit également à sa santé et à ses relations sociales. Pour de plus amples renseignements sur les constatations de cette étude et les effets de la fraude sur les Canadiens :

Consultez le communiqué de 2007

Consultez le sommaire (PDF)


Étude de 2006 intitulée « Indice ACVM des investisseurs »

Les ACVM ont réalisé cette étude pour :

  1. déterminer la proportion de Canadiens qui font des placements et évaluer s’ils disposent des connaissances et des compétences nécessaires pour placer leur argent correctement;
  2. évaluer à des fins d’analyse comparative ce que la fraude financière signifie pour les Canadiens et l’expérience qu’ils en ont;
  3. évaluer à des fins d’analyse comparative ce que les Canadiens savent des autorités en valeurs mobilières et leurs attentes à l’égard de celles-ci.

Il ressort de cette étude que, si la majorité des Canadiens comprennent qu’il est important d’être informé pour investir, ils ne mettent pas toujours leurs connaissances en pratique. Ainsi, 86 % des répondants savent qu’il faut rapporter les occasions d’investissement douteuses aux autorités, mais seulement 14 % d’entre eux le font.
Pour plus de renseignements :

Consultez le communiqué de 2006

Consultez le sommaire de l’Indice ACVM des investisseurs (PDF)

Consultez l'Indice ACVM des investisseurs - Anglais (PDF)

Veuillez noter que le texte complets pour cette étude est disponibles en anglais seulement. Le résumé est disponibles en anglais et en français.

Remarque :  

Les liens établis par des tiers vers nos documents ou l’utilisation qu’ils font de ceux-ci ne constituent pas une approbation des ACVM ou des autorités de réglementation provinciales ou territoriales. Veuillez prendre connaissance de la remarque importante figurant dans notre avis d’exonération de responsabilité

Si vous désirez obtenir de plus amples renseignements à ce sujet ou vous servir de contenu ou de documents des ACVM, veuillez consulter nos lignes directrices sur l'utilisation acceptable des documents.