Fraudes courantes

Pourriez-vous identifier une fraude si vous y étiez confronté? Cliquez ci-dessous pour en apprendre davantage sur ces fraudes courantes.

 

   
   
   
   
   
   
   

 

Fraude par affinité

Ce type de fraude vise notamment les associations amicales, les communautés ethniques ou les groupes religieux. Il repose sur la confiance instinctive que chacun porte à qui a les mêmes intérêts. L’escroc est parfois un membre de longue date du groupe. Il peut aussi bâtir des relations avec des membres influents pour se faire accepter.

Dans un cas comme dans l’autre, l’effet est le même : l’escroc abuse de la confiance qu’on lui témoigne pour donner à un placement frauduleux un air de légitimité. Les victimes de ces fraudes hésitent trop souvent à les signaler : elles tentent plutôt de régler les problèmes au sein du groupe, ce qui peut malheureusement laisser d’autres communautés à la merci du fraudeur. 

Vente sous pression

Dans ce type d’escroquerie, vous recevez un appel téléphonique non sollicité vous proposant de souscrire des actions d’une société sur le point de s’inscrire à la cote d’une grande bourse. L’escroc vous déclare généralement que le cours des actions s’envolera dès que la société sera inscrite. La société exerce ordinairement son activité dans un secteur qui fait l'actualité. En ce moment, nombre de ces arnaques portent sur la médecine parallèle ou le dernier produit écologique à la mode.

Le hic, c’est que la société n’existe pas. Le temps que vous vous rendiez compte de la supercherie, l’escroc aura déjà fermé boutique et monté un autre stratagème. Vous ne récupérerez probablement jamais votre argent.

Ces combines sont généralement l'œvre d'une équipe d’escrocs installée dans un bureau improvisé, appelé local de vente sous pression (« Boiler Room ») . Pour vous convaincre de l’existence de la société, les malfaiteurs peuvent vous inviter à consulter son site Web. La société peut aussi avoir un numéro d’appel sans frais et une adresse d’affaire qui lui donnent une apparence de légitimité. Or les renseignements figurant sur le site peuvent être complètement factices, quand vous composez le numéro sans frais, c’est un des escrocs qui vous répond, et l’adresse n’est généralement qu’une case postale ou un bureau temporaire. 

Double prélèvement ou arnaque à répétition

Si on vous a déjà escroqué, vous risquez d’être sollicité de nouveau. Les escrocs auxquels vous avez donné de l’argent conservent généralement vos renseignements pour les réutiliser ou vendent leurs listes de noms et de coordonnées à d’autres arnaqueurs. C’est ce que l’on appelle le « double prélèvement » ou l’arnaque à répétition.

Voici comment cela fonctionne. Un certain temps après l’escroquerie, le fraudeur original ou un nouvel escroc entre en contact avec vous. Il vous explique que votre investissement initial est perdu en totalité ou en partie, mais qu’il peut vous aider à récupérer votre argent en échange du paiement de « frais ». Gardez-vous de payer, sinon vous perdrez aussi cet argent.

Escroquerie sur titres dispensés

Les titres dispensés ne sont pas frauduleux en soi. Ils sont proposés par des sociétés autorisées à les vendre sans déposer de prospectus, généralement à des investisseurs fortunés qui ont les moyens de se payer les conseils de professionnels et peuvent assumer les risques élevés que ces investissements représentent.

L’escroquerie commence habituellement par une invitation non sollicitée à investir dans une entreprise prometteuse qui est sur le point de faire un premier appel public à l’épargne. On pourrait vous dire que ce genre de placement est réservé aux personnes très riches, mais qu’une exception serait faite dans votre cas et qu’il vous suffit de signer quelques papiers. On vous encourage toutefois à y inscrire de faux renseignements concernant vos revenus.

Les titres dispensés comportent des risques, et vous pourriez perdre tout l’argent investi. Si vous devez mentir au sujet de votre situation financière avant de pouvoir investir, vous vous exposez probablement à un risque excessif.

Escroquerie de change

Ces escroqueries prennent souvent la forme d’annonces placées dans des journaux, à la radio, à la télévision ou sur des sites Web. Les annonces paraissent légitimes et vous offrent une occasion unique d’investir sur le marché des changes (des devises ou « forex »), d’acheter un logiciel ou de vous inscrire à des cours sur le commerce des devises.

Dans la plupart des cas, votre argent n’est pas investi dans quoi que ce soit mais simplement volé par l’escroc. S’il est investi sur le marché des changes, on ne vous a peut-être pas dit que ce genre de placement est très risqué. D’une façon ou d’une autre, vous risquez de perdre votre argent, en tout ou en partie.

Les logiciels et les cours sur le commerce des devises analysent le rendement antérieur pour déceler les tendances des opérations sur devises. Ces tendances servent à prédire le mouvement de la valeur des devises. Logiciels et cours peuvent être utiles, mais ils ne garantissent pas les profits.

Le marché des changes est dominé par de grandes banques internationales dotées d'un personnel hautement spécialisé, disposant de la technologie la plus perfectionnée et gérant des comptes de négociation valant des millions de dollars. Il est extrêmement difficile de battre ces professionnels de façon soutenue.

Pour plus d'information, consultez:
- Mise en garde / document d'information: Les opérations de change
- Information sur les opérations de change

Séminaires d’investissement

Méfiez-vous des séminaires d’investissement où l’on vous propose de « mettre votre argent à l’abri », d’« optimiser votre situation fiscale » ou de « payer moins d’impôt ». Ils font probablement la promotion d’investissements comportant une sorte d’allégement ou d’abri fiscal.

Malheureusement, les allégements fiscaux qui semblent trop beaux pour être vrai le sont souvent. Dans certains cas, les investisseurs font l’objet d’une vérification fiscale plusieurs années après et découvrent que l’Agence du revenu du Canada (CRA) exige le versement de cotisations supplémentaires, d’intérêts ou de pénalités. Consultez le site www.cra-arc.gc.ca pour de plus amples renseignements.

Si l’on vous offre un abri fiscal, demandez l’avis d’un conseiller fiscal indépendant et qualifié comme un comptable agréé ou un avocat fiscaliste.

Investissements à l’étranger

Dans ce type d’escroquerie, le fraudeur vous promet des profits mirobolants si vous placez votre argent à l’étranger, généralement pour réduire vos impôts ou éviter d’en payer. Vous pourriez cependant avoir beaucoup de mal à retracer et à récupérer les fonds placés à l’étranger sous le contrôle de quelqu’un d’autre. Par ailleurs, si les économies d’impôt promises sont fictives, le fisc pourrait vous réclamer des impôts rétroactifs avec intérêts et pénalités.

Qui plus est, lorsque vous placez votre argent à l’étranger, vous n’êtes plus protégé par les lois canadiennes. Par exemple, si le courtier étranger dont vous avez retenu les services fait faillite, vous ne pouvez pas vous adresser au Fonds canadien de protection des épargnants. Vous ne pouvez pas non plus vous adresser aux tribunaux canadiens pour obtenir réparation.

Escroquerie sur titres pétroliers et gaziers

Ces dernières années, les fluctuations du cours du pétrole et du gaz ont donné naissance à une multitude d’escroqueries faisant la promotion de fausses sociétés pétrolières et gazières.

Les escrocs sollicitent les investisseurs par courriel ou téléphone. Ils font miroiter une possibilité « prometteuse » d’investissement dans une société en commandite pétrolière et gazière et déclarent qu’une grande société pétrolière et gazière y a investi pour faire croire qu’elle est légitime.

La société peut avoir un site Web d’apparence légitime ainsi que des brochures et des rapports de recherche sur papier glacé. Les documents promotionnels peuvent aussi inclure des rapports fasifiés sur de véritables sites de forage et estimations de production.

Méfiez-vous d’expressions comme « rapport de géologue professionnel » et des annonces de « découvertes formidables dans le sous-sol de puits ou de sites de forage adjacents ». Bien souvent, le « siège social » et les « sites de forage » de ces sociétés n’existent pas. Si vous donnez votre argent à ces escrocs, il est peu probable que vous puissiez le récupérer.

Combine à la Ponzi ou vente pyramidale

Les fraudes par affinité prennent souvent la forme de ventes pyramidales ou de combines à la Ponzi. Habituellement, les investisseurs sont séduits par des courriels dans lesquels on leur promet de « gagner beaucoup d’argent en travaillant à la maison » ou « qu’un investissement de 10 $ rapportera 20 000 $ en seulement six semaines ».

On demande aux investisseurs de verser de l’argent immédiatement. Les premiers investisseurs peuvent recevoir assez rapidement des « chèques d’intérêts ». Ravis des résultats, ils investissent davantage ou recrutent de nouveaux investisseurs parmi leurs parents et amis.

Le hic, c’est que le placement n’existe pas et que l’argent des « chèques d’intérêts » provient des montants fournis par les victimes elles-mêmes et par de nouveaux investisseurs. La pyramide finit par s’effondrer quand les nouveaux investisseurs se font plus rare, et les escrocs disparaissent avec votre argent.

Manipulation du marché

Dans une manipulation du marché typique, vous recevez un courriel dont l’expéditeur vous offre une « occasion unique » d’acheter des actions à prix d’aubaine. Ce que vous ne savez pas, c’est que l'expéditeur détient un grand nombre de ces actions. Plus le nombre d’investisseurs augmente, plus la valeur monte. Lorsque le cours atteint un sommet, le fraudeur vend ses actions et leur valeur s’effondre. Vous vous retrouvez alors avec des actions sans valeur.

Escroquerie sur compte de retraite

Si quelqu’un vous dit que vous pouvez puiser dans votre compte de retraite immobilisé (CRI) sans payer d’impôt, n’en croyez rien. Dans la plupart des cas, il faut avoir atteint l’âge de 55 ans pour ce faire, et les fonds qui peuvent être retirés chaque année sont souvent limités et assujettis à l’impôt. Si on vous affirme le contraire, vous avez peut-être affaire à un escroc.

Vous avez peut-être vu ces stratagèmes annoncés dans les journaux. Voici comment ils fonctionnent dans la plupart des cas :

Un promoteur fait de la publicité pour un « emprunt sur REER » spécial qui vous permet de contourner les lois fiscales et de puiser dans vos fonds immobilisés.

Pour obtenir l’emprunt, vous devez vendre les titres que vous détenez dans votre CRI puis utiliser les fonds pour acheter les actions d’une société en démarrage vendues par le promoteur.

En échange, le promoteur promet de vous prêter 60 à 70 % des fonds investis, le solde constituant les frais. Il déclare que vous obtiendrez des liquidités libres d’impôt tout en conservant un investissement intéressant dans votre CRI.

Le hic, c’est que votre placement n’a probablement aucune valeur et que vous pourriez bien ne jamais toucher l’argent emprunté. Vous pourriez perdre l’argent économisé pour votre retraite. Vous pourriez aussi avoir enfreint les lois fiscales fédérales et être tenu de payer à l’Agence du revenu du Canada (CRA) des impôts sur des montants que vous n’avez jamais touchés.

Pourriels

Les pourriels sont des courriels non sollicités qui font la promotion d’un produit ou d’un service particulier, par exemple des investissements. Nombre d’entre eux portent sur les actions de sociétés à très petite capitalisation qui se négocient sur les marchés hors cote, lesquels sont moins réglementés que les bourses. Tout investissement comporte une part de risque, mais on considère que ces actions sont particulièrement risquées. Bon nombre de ces sociétés sont nouvelles, ont peu d’actifs et on dispose de peu d’information à leur sujet.

Méfiez-vous des conseils d’investissement non sollicités. L’expéditeur du courriel ne vous connaît pas et ignore tout de votre situation financière. Lisez les conditions en petits caractères et vous apprendrez qu’il est payé pour faire la promotion de l’investissement. Il se peut également qu’il tire profit d’une augmentation de la valeur de l’action.

Si vous recevez un pourriel, ne répondez pas. Effacez-le et bloquez tous les messages de l’expéditeur. Il est possible que votre serveur de couriel vous permette de lui indiquer ces pourriels, ce qui peut réduire le nombre de ceux qui aboutissent dans votre boîte de réception.

Lettres frauduleuses de l’Afrique occidentale ou du Nigéria

Dans ce type d’escroquerie, vous recevez un courriel, une télécopie ou une lettre dont l’expéditeur se fait passer pour un haut fonctionnaire d’un pays en voie de développement. Le message porte généralement la mention « urgent » ou « strictement confidentiel ». L’expéditeur vous déclare que, à cause d'une erreur, il n’est pas en mesure de retirer des millions de dollars déposés dans un compte bancaire, mais qu’il pourrait le faire avec votre aide. Il déclare qu’il ne peut accéder à son argent parce qu’il est dans l’impossibilité d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger. Il peut aussi avoir un parent malade ou un enfant à l’article de la mort et avoir besoin de l’argent immédiatement. Il vous demande de l’aider à accéder aux fonds. En contrepartie, il promet de vous en verser une partie, généralement 20 %. Tout ce que vous avez à faire, c’est de déposer un montant dans le compte à titre de « frais de traitement » et envoyer par télécopieur les renseignements sur votre compte. Les escrocs vident votre compte dès qu’ils obtiennent ces renseignements.